lundi 1 janvier 2018

JEU 32 : Lieux, objets et expressions


Ce mois-ci, pour commencer l'année,
je vous propose une contrainte légèrement différente
des contraintes habituelles.

Pas de mots, ni de rimes, ni de thème donnés,
mais...des lieux, des objets
et des expressions imposés.
 
Tout d'abord, vous devrez, dans votre récit, passer
 dans l'ordre ou dans le désordre,
dans les trois lieux suivants :
une salle de bains, un parc, un café

(ATTENTION : il ne s'agit pas de placer les mots,
mais de faire un parcours au personnage choisi)

 

Ensuite, vous devrez faire allusion à trois objets :

une clé, une statue et... 
un portrait d'Arthur Rimbaud

Attention : ce sont bien les objets réels,
et pas seulement les mots
qui doivent être évoqués dans le texte...


 

Et enfin, vous devrez placer les trois expressions suivantes :
 
décrocher la lune
être réglé comme du papier à musique
quand les poules auront des dents
 
 .
Voilà.
C'est tout.
Alors, à vous de jouer !
Bonne promenade...
littéraire,
bonne inspiration...

et bien sûr,
BONNE ANNEE
à tou(te)s ! !

avant le 21 janvier 2016
.
La Licorne
.

11 commentaires:

  1. "voilà, c'est tout", dit-elle sans rire :-)
    allez, bonne année quand même, et on va voir ce qu'on peut en faire ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-)

      Ben oui, c'est tout...;-)
      Rien que vous ne puissiez faire :
      un vrai jeu d'enfant pour des "écriveurs" aguerris...

      Excellente année à toi, Adrienne !

      Supprimer
    2. merci La Licorne!
      voici mon devoir du premier janvier:

      - Sors de cette salle de bains! crie le père. Nous aussi on doit encore se laver et s'habiller!
      Elle se retient de lui répondre "quand les poules auront des dents", seule la mère a le droit d'utiliser cette expression. Devant le miroir, elle s'entraîne à embrasser un garçon. Pour ça, elle a choisi un portrait d'Arthur Rimbaud, parce qu'elle le trouve si craquant, avec sa mèche rebelle, ses yeux clairs et sa cravate mal nouée. Le genre de mec pour qui on décrocherait la lune.
      - C'est pas un peu fini, oui? crie le père, au moment où elle sort avec Arthur caché sous son pull. Qu'est-ce que tu as fabriqué pendant tout ce temps?
      - Ben, je me lave, moi!
      Argument imparable dans une maison où l'hygiène prend une place si importante dans l'échelle des valeurs.
      Il aimerait bien, le père, que les diverses obligations matinales se succèdent en bon ordre, ça devrait "être réglé comme du papier à musique", et il le répète assez, mais il y a toujours quelqu'un qui reste trop longtemps sous la couette, ou à table, ou dans la salle de bains.

      Une demi-heure plus tard, le père gare sa voiture à côté du parc que toute la famille traverse pour se rendre à l'église. Devant la statue "du monsieur tout nu", le petit frère fait ses grimaces habituelles, suivies d'un "c'est fini, oui?" impatient du père, qui ne peut s'empêcher de rigoler.

      Après la messe, le père va au café pendant que le reste de la famille fait sa visite dominicale à la grand-mère, celle qui est veuve et souvent "dans le trou", on ne sait pas très bien ce qu'elle veut dire mais on devine que ce n'est pas joyeux, "dans le trou".

      Puis on rentre chez soi, et ça finit souvent en discussions "c'est toi qui as la clé", "mais non, c'est toi!", "c'est toi qui as fermé la porte en partant", "oui mais je te l'ai donnée, la clé!".

      Bref, un dimanche des familles.

      Supprimer
    3. Eh bien, tu es rapide, dis donc !
      Tu commences 2018 sur les chapeaux de roue...

      Pour ne pas être e reste, je te le publie vite, vite, vite, ce texte qui sent bon la savonnette et l'ambiance familiale dominicale...:-)

      Supprimer
  2. Et bien voilà, c'est tout :)
    bon, c'est noté, c'est déjà ça... yapluka voir ce que ça voudra bien raconter :)
    bonne année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne année à toi !
      La mienne commence de façon assez mouvementée...entre autres à cause d'une tempête nommée Eleanor, qui vient d'abattre, non pas mon enthousiasme, mais l'un des plus bel arbre de mon jardin (arrachant quelques tuiles au passage)!

      Quand je pense qu'un de mes derniers textes sur Filigrane parlait de la tempête de 1999! Aurais-je eu une sorte de pressentiment ?

      Supprimer
  3. Merci pour le défi, chère Licorne,
    Je te souhaite une année 2018 agréable et sans trop d'embûches,
    Bisous amicaux du Québec,
    Michelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Michelle...Que 2018 te soit douce aussi...
      Je t'embrasse bien fort.

      Supprimer
  4. Ouh,lala, décrocher la lune en ces temps de ciel voilé de gris, je me demande bien si cet acte qui en d'autres circonstances se fut réglé comme du papier à musique, ne devra pas être reporté aux calendes grecques, voire même cet improbable jour où les poules auront des dents; quoique, avec ce dont on les nourrit maintenant, cela pourrait bien se réaliser un jour, et ce sans avoir besoin de lire dans le marc de café, café de M. Rimbaud, ou pas...tout ceci pour arriver à l'autre sujet du jour, non pas la clé de l'énigme, mais de te souhaiter une année 2018 la mieux possible, de tout mon coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi,hi...t'es bien partie...
      je te souhaite une belle année, Jacou !

      Supprimer